une autre Grèce
Péloponnèse
Vu par… Simone de Beauvoir

Les après-midi brûlaient, on ne pouvait marcher qu‘au début et à la fin du jour. Nous partîmes pour Andritséna à cinq heures du soir ; nous croisâmes parmi des roseaux deux jeunes Anglais qui en revenaient : ils avaient un guide, et un âne portait leur bagage; c’était, pensions-nous, faire beaucoup d’embarras. Nous dormîmes sous un arbre, nous repartîmes à l’aube, D‘après nos calculs, nous devions arriver vers dix heures, avant la grosse chaleur, à l‘hôtel de M. Kristopoulos que Gégé nous avait vanté. Le Guide Bleu ne laissait pas supposer que la traversée de l‘Alphée fût difficile. En vérité, cette rivière était une hydre aux bras innombrables et où l‘on enfonçait jusqu‘au nombril. Il nous fallut plus de deux heures pour la franchir ; en outre j‘avais sous-estimé Ia durée du trajet : nous nous trouvâmes à une heure de l‘après-midi, par plus de 40°, au pied d’un coteau caillouteux ; pas une ombre pour faire halte; Sartre s‘était fiché des épines dans tous les pieds et un fer rouge se tordait dans nos gorges. Un moment, effondrés parmi les cailloux, nous connûmes le désespoir. Puis, nous nous relevâmes, nous montâmes. J’ai aperçu une maison, j’ai couru demander de l‘eau, j‘ai bu passionnément. Quand je suis revenue vers Sartre, je l‘ai vu, congestionné sous son chapeau de paille, qui faisait des moulinets avec sa canne pour se défendre contre un chien jaune très hargneux, Il à bu aussi, et repris courage. Une heure plus tard, nous arrivions sur une route, et dans un village, Nous nous sommes affalés dans l‘ombre d‘une taverne et nous avons demandé par téléphone à M. Kristopoulos de venir nous chercher en auto ; en l‘attendant, nous avons déjeuné d‘œufs durs : il n‘y avait rien d‘autre à manger, pas même du pain. L‘hôtel d‘Andritséna, sa cuisine, nous ont paru d‘un luxe exquis.

La Force de l’Âge
Simone de Beauvoir – 1960
Le tour du Péloponnèse en juillet 2021

Cythère

C’est la plus méridionale des îles Ioniennes, à moins de quinze kilomètres des côtes du Péloponnèse, que nous avons choisie pour la partie balnéaire de

lire la suite

Mistra

Nous fuyons Founikounda, ses familles, ses bars, son charme racoleur, entre les collines de la Messinie couvertes de garrigue au parfum de fenouil sauvage. Viennent

lire la suite

Olympie

La route qui nous mène de Vytina à Olympie est absolument grandiose et offre une physionomie changeante où les essences d’arbres se mélangent pour créer

lire la suite

Athènes

Été 1983. J’ai onze ans. En septembre je ferai mon entrée au collège. J’ai choisi comme matière optionnelle Grec Ancien. Mon intérêt pour l’antiquité, les

lire la suite

Voyager chez soi

Dans les oreilles

Dans ma bibliothèque

L_Archipel_en_feu_800x
L’Archipel en Feu
Jules Verne

« JAMAIS, Nicolas Starkos, tu ne remettras le pied dans la maison du père !… Jamais !  »
Qui ose s’adresser, en ces termes, au plus sanguinaire pirate de la Méditerranée, Nicolas Starkos, qui sème la terreur et la mort sur toutes les côtes du continent et des îles de la Grèce ?
C’est sa propre mère, Andronika, qui lutte farouchement contre les Turcs pour libérer le sol grec.
Nicolas Starkos, protégé des occupants, grand pourvoyeur des marchés d’esclaves d’Orient et d’Afrique, recule et fuit devant la colère d’une femme.
Dans l’archipel ravagé par la guerre et le brigandage, cette malédiction poursuivra le pirate jusqu’au combat final…

Délaissant quelque peu le roman d’aventure, Jules Verne s’attaque ici au roman historique. L’archipel dont il est question est celui des îles Ioniennes et le Péloponnèse du début du XIXe siècle en lutte contre les Ottomans pour obtenir son indépendance. Mais tous ne sont pas tous en guerre contre l’envahisseur : Nicolas Starkos à vendu son âme au diable et fait commerce d’esclaves grecs avec les turcs. Survivra-t-il au combat qu’il devra mener contre le lieutenant Henry d’Albaret, au sein de la brigade internationale, qui aide les grecs à résister à l’armée turque ?

Sur les écrans

Before Midnight
Richard Linklater

Troisième et dernier volet du triptyque « Before ». Après leur rencontre dans un train et une nuit passée à Vienne (Before Sunrise – 1995), puis quelques années plus tard une nouvelle rencontre à Paris (Before Sunset – 2004), Jesse (Nathan Hawke) et Céline (Julie Delpy) se sont marié et sont devenus parents. Un week-end romantique, sans leurs enfants, sur le sol grec sera l’occasion de faire le point sur leur relation et nous offrir de belles images de la Messénie.

Copyright 2020 – Tous droits réservés dansloeildubarbu.com