Sans lui

Jean-Jacques a partagé quatorze ans de ma vie. Quatorze ans c’est peu. Mais c’est aussi toute une vie. Une vie de projets, de rires, de bouderies, de voyages, de rêves, de quotidien, d’habitudes, de partage, de joies, de peines, d’envies, de souvenirs. Quatorze ans à s’aimer. À se le dire. À se découvrir, à s’apprendre, à se connaître. Quatorze ans de vie à deux. Quatorze ans de bonheur. Et le sentiment d’évidence, tout le temps.

Les souvenirs sont partout, tout le temps. Parfois ils m’étouffent.

Quand je mets la clef dans la serrure je m’apprête à entendre sa voix : « mon pouillouuuu ! » Comme il le faisait chaque fois quand je rentrais du boulot.

Il me manque atrocement, un peu plus chaque jour. Le vide qu’il a laissé ne se comblera pas. Et pourtant la vie continue. Certains jours jours tout est simple, d’autres tout me paraît insurmontable et creux. Parfois, comme aujourd’hui, en écrivant ces lignes, j’ai envie d’hurler. Je n’en parle pas. Le chemin est long pour appendre à vivre sans lui. Je garde ça pour moi. Je reste avec nos souvenirs. Les plus beaux qui soient.

Ces souvenirs je les partage ici. Les voyages que nous faisions. Les textes que nous écrivions. Les photos que nous prenions. Continuer à voyager, à écrire, à photographier c’est un peu le garder en moi. Je me crée de nouveaux souvenirs, sans lui, mais il n’est jamais loin.

Nous partagions le goût de la « géographie mythologique ». Nous rêvions des Galapagos, des îles de la Madeleine, de Socotra… j’irai peut-être un jour. Pour moi, pour lui, pour nous.

Au décès de Jean-Jacques, Michelle, la plus fidèle des lectrices de jjwillsurlaroute, m’avait suggérée de placer sur le site un diaporama en forme d’hommage. Je ne l’ai pas fait mais j’ai laissé l’idée germer et croître… ce matin j’ai ressenti le besoin de créer cette page.

Aujourd’hui Jean-Claude est entré dans ma vie. Il ne remplacera pas Jean-Jacques. Mais il m’aide à avancer, à supporter la douleur. Je sais maintenant, après deux ans, qu’elle ne s’estompera pas, ne disparaîtra pas. Il faut vivre avec.

Nous voyageons ensemble – mais aussi séparément. Je continuerai à partager mes voyages ici, ceux de ce nouveau « nous » aussi. Voyager est le plus merveilleux des cadeaux. Le monde est vaste et j’ai bien l’intention d’en profiter !

Avec lui

JJWill sur la route…

En juin 2006 nous faisons notre première virée au Québec. Nous écrivons pendant notre séjour le récit de nos aventures et à notre retour nous faisons imprimer un livre avec les textes et les plus belles photos. Très fiers de nous, nous le montrons aux copains, le sortons à toutes les occasions. Une phrase ressort à chaque fois :
– pourquoi vous ne faites pas la même chose en ligne ? Au moins on pourrait lire tranquillement vos récits…
L’idée nous plait : JJWill sur la route (jjwill-voyages.com) était né !
Pendant huit ans nous avons alimenté ce site avec plus ou moins de textes, plus ou moins de photos, mais toujours autant de plaisir.
À la mort de Jean-Jacques je me suis tout de suite dit que je ne pouvais pas continuer le site, ça ne voulait plus rien dire… mais or de question de tout mettre à la poubelle et de ne pas continuer à partager mes balades ! J’ai pris le temps… Aujourd’hui Dans l’oeil du barbu voit le jour. J’y rapatrie petit à petit les voyages passés et ajoute les nouveaux. Je l’enrichie de conseils de lectures, de films, d’adresses d’hôtels et de restaurants, de playlist de musiques et de chansons…