Abbaye de Cluny

La semaine dernière un épisode caniculaire s’abattait sur le nord de la France poussant à plus de quarante les températures dans la capitale tandis que ce matin en montant dans la voiture – direction sud – le thermomètre n’affiche que 17 degrés… Il faut dire aussi que nous décanillons de bonne heure afin d’éviter les bouchons. 

En quittant l’autoroute, quatre heures plus tard, à Tournus, il ne fait pas tellement plus chaud, et le ciel est à peine moins gris. Peu importe, la Bourgogne est toujours aussi belle. Pour être plus précis : ce coin de Bourgogne que je ne connais pas encore me séduit immédiatement et tout autant que l’Yonne où je vais régulièrement. Vallonné, sylvestre, vert de champs de maïs, jaune de champs de blé (déjà fauchés en cette fin juillet, chargés de ballots), bâti de pierre blonde et de bois sombre, peuplé de chevaux, de vaches blanches et marron, paisible. 

Les maisons présentent une particularité que je n’avais pas constatée du côté d’Avallon : une terrasse couverte, dominant tantôt la rue tantôt la cour, sorte de véranda sans vitres, probablement plus utile ici, sous un climat septentrional, qu’au nord du Morvan. Le chapelet de villages que nous égrenons s’apparente, sur notre atlas routier, à une véritable constellation : Ozenay, Brancion, Cormatin, Chapaize… possèdent tous une église remarquable, un château notable, une physionomie admirable qui leur valent à chacun une étoile. Au bout du tracé, Cluny que nous sommes venus visiter, en possède deux ! 

La Halte de l’Abbaye où nous déjeunons à quelques pas des célèbres vestiges mériterait lui aussi une étoile. Je ne suis ni fin gourmet ni un véritable connaisseur en la matière mais : escargots de Bourgogne, andouillette cuite au vin blanc, bière locale et vin du Mâconnais : les vacances commencent bien ! 

Par hasard nous arrivons dans l’enceinte de l’abbatiale à quelques minutes du départ d’une visite guidée. Et fort heureusement ! Car si l’abbaye de Cluny est une référence dans l’histoire des différents courants catholiques de France et d’Europe, il n’en reste aujourd’hui pas grand chose. De l’édifice du XIIIe siècle long de 187 mètres, de sa nef culminant à 33, de son transept de 75 de long, seul subsiste un quart du transept sud surmonté d’une tour ! Celle qui fut, jusqu’à la construction de Saint-Pierre de Rome au XVIe siècle, de par ses dimensions, la plus grande église d’Europe finit, au XVIIIe siècle, dynamitée, démantelée, servant de carrière pour la construction du haras qui prit sa place. Difficile donc sans guide d’apprécier ce monument. La jeune femme qui nous fait la visite est très claire dans ses explications, sa voix s’impose sans crier. Et nous comprenons comment l’ordre clunisien, dès la construction de la première église en 910 a su s’imposer et rapidement dominer l’Occident catholique avec près 1400 dépendances à travers l’Europe. Libre, influent, prospère autant que jalousé et décrié. Les agissements des abbés et des moines de plus en plus éloignés des valeurs de saint Benoît, plus proches de celles de riches propriétaires terriens firent naître le courant rigoriste cistercien et l’imagerie du moine bedonnant, rougeaud, une chopine de vin à la ceinture. La demoiselle nous explique les symboles cachés tant dans le plan de construction de la Maior Ecclesia que dans les reliefs sculptés des chapiteaux. J’aurai, sans aucun doute, d’ici quelques temps, oublié la plupart des informations qu’elle nous communique mais en attendant c’est passionnant ! Nous visitons encore le cloître, entièrement reconstruit peu avant la Révolution dans l’espoir d’attirer de nouvelles vocations mais qui ne vit jamais déambuler aucun moine et servit de place de marché (l’épargnant ainsi de la destruction), surmonté de cellules qui accueillent aujourd’hui les étudiants des Arts et Métiers. Le farinier abrite quant à lui des expositions temporaires et quelques chapiteaux retrouvés. 

Pour profiter jusqu’au bout de la Bourgogne médiévale j’ai réservé pour la nuit au château de Burnand. Une bâtisse du XVe siècle dont la dernière rénovation date sans doute de la fin du XIXe. Les tourelles, les toits de tuiles vernissées, les plafonds de bois peint, les tentures, les escaliers de pierre, les tomettes au sol, le dais au dessus du lit, la gigantesque table de bois du petit-déjeuner, les murs fleuris, tout nous invite à jouer les châtelains et Jean-Claude cherche partout dans la chambre le cordon qui permet de faire tinter la cloche à l’office comme dans Downton Abbey… La gérante du lieu, peintre, photographe et sculptrice à ses heures, expose dans les couloirs et le parc ses œuvres, chargeant encore plus le lieu au décor déjà foisonnant. 

Au concert de musique celtique donné ce soir-là dans les jardins du château nous préférons goûter, dans le proche village de Saint-Gengoux-le-National d’autres spécialités de bouche locales.
– Dites-moi mademoiselle les cuisses de grenouilles, c’est typique de la région ? Parce que ça fait plusieurs fois qu’on en voit au menu…
– Oui tout à fait.
– Ah ! Alors elles sont pêchées dans le coin ?
– Ah non pas du tout ! C’est interdit en France ! Elles arrivent d’ailleurs, congelées …

Tradition et modernité ne font pas toujours bon ménage ! 

Visiter l’Abbaye

Une nuit au château

D’autres images de Bourgogne