28 janvier 2016
Koh Phi Phi / Koh Panghan

Nous nous levons tôt dans l’espoir d’attraper un taxi boat à 8h et rejoindre le port. Un café, une douche, les valises bouclées, le check-out liquidé nous sommes prêt. Y aura-t-il un bateau ou tout cela n’est-il encore qu’une arnaque ? Le soleil est au rendez-vous, le vent semble être tombé et la mer calmée. Vu sous cette angle la plage de Rantee Cliff et les petits bungalow en bambou présentent un tout autre visage… Mais nous restons sur notre décision de partir et montons dans le long tail finalement mis à notre disposition. Nous sommes une petite vingtaine – dont nos camarades de « randonnée » de la veille, il semblerait que personne n’ait voulu rester là une nuit de plus avec la trouille de ne pas pouvoir repartir. Le bateau n’est pas parti depuis 5 minutes que le moteur broute et cale. Nous voilà en mer avec nos bagages dans un long tail qui n’avance plus… Personne ne parle, excepté les deux conducteurs. Au bout d’un temps qui paraît interminable ils relancent la machine et nous conduisent au port. On ne saura jamais ce qui s’est passé…

Au Phi Phi pier nous trouvons des billets combinés bateau/bus/bateau pour Koh Panghan (700 bath par personne) aussi facilement (peut-être plus) que si nous achetions un billet de train Paris/Bordeaux ! Les transports thaï et notamment maritimes sont décidément simple à utiliser et bon marchés.
Nous entrons dans Phi Phi Town pour un petit-déjeuner frugal au Pirates, le premier restaurant que nous croisons. Ce que nous avons vu de la ville la veille ne nous donnant vraiment pas envie de chercher plus loin. Ma tasse de thé porte les stigmates d’un baiser avec une femme aux lèvres peintes en rouge sombre. No comment.
10h30 ferry. Il ne reste que des places dans la cale, c’est un peu étouffant mais il faudra faire avec. Adieu Koh Phi Phi et sans regret. Ce qu’ils sont en train de faire de cette île lui vaudra vite le surnom de Koh Ka Ka…
Apres une heure de demi de navigation nous revoilà à Krabi. Nous sommes assaillis par les taxi mais nous avons déjà notre billet de bus et cherchons le point de ralliement… C’est un peu le bordel mais pourquoi s’en faire ? Nous avons les billets donc nous finirons bien par avoir le bus qui va avec… Après quelques minutes d’attente nous nous entassons a 10 dans un minibus direction Surathani. Ah non ! en fait on nous débarque 10 minutes plus tard à la gare routière. En fait de gare il s’agit d’un grande cahute en tôle ondulée où les différentes compagnies de bus vendent leurs tickets. Nous récoltons un autocollant de plus en montrant notre voucher. Nous passons le temps en discutant avec deux français vivant en Australie. Chacun raconte ses aventures et ses impressions sur Phi Phi.
Nous sommes bientôt dans un bus beaucoup plus spacieux direction Surathani. Pour combien de temps ? Bouddha seul le sait.
Le paysage que nous traversons est tantôt agricole tantôt forestier, des cocoteraies, des plantations d’arbres bien alignés ressemblant à des bouleaux, des chantiers de construction, une ou deux mosquées, au loin quelques uns de ces immenses rochers qui font la beauté de cette région de Thaïlande.
Trois heures plus tard nous montons dans le ferry pour Koh Panghan. La mer est un peu agitée; l’odeur de fioul à l’intérieur nous pousse à l’avant du navire à respirer l’air du large.
Nous accostons à Panghan après 11h de voyage (nous avons mis le meme temps que pour faire Paris / Bangkok)! Pascal, le frère de Jean-Claude, et Kerstin, sa femme nous y attendent. Ils passent tous les ans, au Seaflower, au nord-ouest de l’ile, quelques semaines. Nous savons déjà que nos derniers jours au pays du sourire seront parfait.

La suite du voyage

[no_blog_slider image_size= »landscape » order_by= »date » order= »ASC » blogs_shown= » » category= »Thailande » show_categories= »no » show_date= »yes » title_tag= »h3″ title_color= »#ffffff » pager_navigation= »yes »]

Carnet d’adresses

Cliquez sur la carte pour en savoir plus