Challenge 50 ans / J – 7
Jean-Claude
Roscoff 2015
Jean-Jacques n’est plus là depuis deux mois. Les amis de toujours me soutiennent comme ils peuvent. Même si je suis anéanti, je refuse de rester assis sur le bord de mon lit à regarder le mur, déprimer ne changera rien à la situation. J’ai besoin de mouvement, de voir de nouvelles têtes. Je suis un peu perdu, je dois bien l’avouer.
Je croise la route de Jean-Claude, la veille de Noël, à la terrasse du Carrefour. Je ne sais pas encore que son sourire, son regard malicieux, son enthousiasme, sa curiosité et son rire éclatant vont m’accompagner pendant sept ans. Nous sommes tous les deux meurtri par la vie, nous connaissons la douleur. Tant d’amour à donner, tant de peur de ne pas savoir recevoir. Malheureusement je ne sais plus trop comment tout cela fonctionne, je suis effrayé par tellement de choses ; je fais un pas en avant, trois en arrière. Il m’aide à panser mes plaies encore vives. Avec patience et élégance il me fait peu à peu quitter ma zone de – non – confort, sortir dans les bars, rencontrer ses amis, me projeter à nouveau… Je revis, doucement, au fil des mois, des années, en grande partie grâce à lui.
Très vite l’idée de voyager ensemble se dessine. Pas très loin. Histoire de changer d’air, d’être tous les deux, d’apprendre à se connaître aussi. Quelques jours entre Oxford, les Cotswolds et Bath, sous un beau soleil d’hiver, froid et lumineux. Une première parenthèse, anglaise, qui sera suivie de bien d’autres, tant nos façons d’envisager les vacances sont comparables. Je prends cette photo de Jean-Claude au mois de mars 2015, à Roscoff, où nous nous rendons pour assister aux grandes marées.