Challenge 50 ans / J – 34
Marie-Laure
Villemomble 1989
En septembre 1988 j’entre en seconde « arts plastiques » au lycée Picasso à Val de Fontenay. Depuis deux ans j’ai compris comment être populaire à l’école, tant auprès des profs que de mes camarades et je ne m’en prive pas. Je suis devenu bon élève, rigolo, porte des tenues délirantes, j’en fais des tonnes pour faire marrer tout le monde sans être en dehors des clous. C’est également une année de créativité : je sculpte sur mousse, en boutons de culotte, une poule en grillage, détourne des pubs, crée des compositions en disques vinyles cassés ou fondus… Je m’éclate !
Quelques temps après la rentrée, en fin de journée, je me retrouve à discuter avec cette fille de ma classe que je connais à peine, assis sur une table de ping-pong. Elle a des yeux bleus immenses qui lui mangent le visage, une chevelure brune à faire pâlir Claudia Cardinale, qu’elle laisse flotter au vent ou qu’elle noue avec un crayon. Un brin timide, elle a quelque chose dans le regard qui semble autant dire « aime moi » que « qu’est-ce que t’as à me regarder comme ça ? ». Il ne reste que nous dans la cour du lycée déserté. On parle. Musique. Vanessa Paradis, qu’elle a côtoyée l’année précédente et que l’on voit certains jours longer les murs du bahut, essayant de dissimuler sa notoriété trop imposante pour sa frêle silhouette. Marie-Laure, puisque c’est son nom, danse depuis toute gosse, joue de la harpe, chante ; elle aimerait être comédienne… Nous parlons la même langue, manions le même humour, avons les mêmes rêves, nous nous comprenons même si nous ne venons pas du même milieu. Elle vit avec sa mère dans les tours en face du lycée, cernée par la misère sociale, j’habite, avec mes deux parents, une maisonnette cossue dans un quartier pavillonnaire. Nous devenons vite inséparables.
Au bout de quelques mois sa mère, décide de quitter la banlieue pour rejoindre de la famille en province. C’est là que mes parents entrent en jeu :
⁃ Marie-Laure pourrait venir vivre avec nous le temps que tu déménages, et qu’elle finisse son année scolaire…
Depuis ce jour mes parents la présente comme leur fille adoptive et moi j’ai gagné une frangine !