Challenge 50 ans / J – 45
Pied
Paris 1977

Mes parents sont bien sympa mais ils n’ont quand même pas bien terminé le boulot ! Non c’est vrai, y a des manques ! Je ne parle pas de mon cerveau, j’en ai pas, ça résout l’affaire. Je parle de mes mains et de mes pieds ! Et plus précisément de ma main et de mon pied gauches. Au niveau de la main, ce sont l’auriculaire et l’annulaire qui essayent de se faire la malle, comme si ils ne voulaient absolument pas côtoyer les trois compagnons qu’on leur a attribués. Quant au pied… alors là ! Une création. La notice de montage devait être en chinois ou en tchèque. Il paraît que du côté de ma mère on avait déjà vu ça… C’était pas une raison pour retenter le truc sur moi ! Je vous explique : le quartus, l’avant-dernier, était tordu vers la droite, replié sous les autres orteils, et le quintus, le dernier, celui qui devait être le plus petit était en fait plus grand que les autres ! Je parle au passé parce qu’à presque cinq ans on m’a fait passer au bloc. On a tenté de m’assassiner avec un masque à gaz (ah si je vous assure que j’ai cru que m’a dernière heure était venue), on m’a redressé ce qui était tordu et on a raccourci ce qui était trop long… ça n’a pas été une grande réussite. En grandissant le quartus a repris sa forme et sa place initiale et le petit dernier est peut-être plus court mais il pointe la tête au dessus des autres. Mais au moins maintenant je peux porter des chaussures de la même pointure aux deux pieds !