St-Cirq-Lapopie

Au matin St-Cirq-Lapopie est baignée de brume. Il ne fait pas froid, ni même frais. Seuls les toits de tuiles apparaissent dans le brouillard. Nous sommes attablés à la terrasse de l’auberge pour le petit-déjeuner. Aucun touriste n’arpente encore les ruelles du vieux bourg. J’adore cette ambiance intemporelle qui m’évoque les contes des frères Grimm. Je m’attends, d’un instant à l’autre, à voir un ménestrel s’installer à l’emplacement où, la veille, nous avions garé la voiture sur la place du Sombral et lancer un « oyez ! oyez ! braves gens, oyez la belle histoire de Peau d’âne »…

La veille nous avions entamé une traversée de la France de part en part. Après une semaine passée dans le Parc Naturel de Brière, au nord de St Nazaire, nous avions rallié les Landes et plus précisément Vieux-Boucaux où Jean-Claude avait vécu 6 ans et conservait quelques amis. Deux nuits landaises plus tard nous prenions la route pour Les Angles, à côté d’Avignon, où Laurent et Stéphane nous conviaient pour une semaine au bord de leur piscine. Trois jours pour aller de la côte Atlantique à la cité des papes, décidés à n’emprunter que les petites routes pour profiter – un peu – de notre beau pays. Notre première étape sera St-Cirq-Lapopie au cœur du Quercy, que je rêve de voir depuis des années, mais d’ici là il nous faut traverser la Chalosse et l’Armagnac. Un petit détour par Anglet, pour embrasser Françoise que je n’avais pas serrée dans mes bras depuis quatre ans et nous quittons le Pays Basque sous un ciel gris et pluvieux (les basques eux-mêmes disent qu’il y pleut 300 jours par an). La route jusqu’à Mont-de-Marsant est bien morne, et la Chalosse, territoire agricole des Landes l’est tout autant. Les pinèdes ont vite cédées la place au champs de maïs, nourriture de prédilection des éleveurs pour leur canards gras; il faudra attendre les abords de l’Armagnac pour voir apparaître les premiers vignobles et les tournesols, dont le nom et la couleur évoquent celui qui ne daigne pas montrer ses rayons depuis notre départ matinal. C’est non loin d’Eauze, capitale de l’Armagnac, à Labastide-d’Armagnac que nous coupons le moteur. Henri IV y a dormi, nous pouvons bien y déjeuner ! Celui qui n’était encore qu’Henri III de Navarre aimait, dit-on, y retrouver sa maîtresse, pour d’autres son compagnon d’armes le capitaine Malartic, dans la maison qui porte le nom de ce dernier, jolie bâtisse à la façade de briquettes face à l’austère église fortifiée sur la Place Royale; selon la légende le futur roi de France aurait puisé dans cette place édifiée en 1291 l’inspiration de la Place des Vosges… Rien que ça ! 

Un Cassoulet, la visite de l’église où s’est probablement déroulé un mariage il y a peu – des guirlandes de fleurs tressées ornent encore le portail- et nous reprenons la route. 

Le soleil semble désormais vouloir nous accompagner. Le paysage se vallone peu à peu, jusqu’à former de franches collines lorsque nous entrons en Pays Quercynois. Nous avons quitté la Nouvelle-Aquitaine pour l’Occitanie, sommes passés des Landes au Gers puis au Lot-et-Garonne, au Tarn-et-Garonne pour arriver dans le Lot. Contourné les grandes villes comme Agen ou Cahors, vu défiler des villages aux noms étranges ou poétiques comme Laplume, Lamonjoie ou Gazenpouy… Je me prends à imaginer ce que devait être le voyage à l’époque où la voiture n’avait pas encore été inventée… Nous traversons Monclar, dont le nom m’évoque immédiatement Les Années Twist et la troupe de Roger Louret, Les Baladins en Agenais, que j’ai beaucoup fréquentée au milieu des années 90. Même sans connaître la région, les souvenirs sont au rendez-vous. 

Après Cahors la forêt fait son apparition, notre route longe, entre les chênes, sans que nous le voyons, en contrebas, le Lot. Enfin, après des heures de conduite : St-Cirq-Lapopie ! 

La cité médiévale est aussi belle que prévue, peut-être même encore plus. A flanc de coteaux, à l’abris des regards, un laci de ruelles étroites et escarpées, bordées de maisons de pierres aux toits de tuiles pointus. Sur un promontoire, les restes des châteaux, bâtis par les Cardaillac, dominent la rivière. La vue sur le Lot et sur la cité est à couper le souffle. Ce soir là nous mangeons et dormons dans un rêve devenu réalité. 

Dormir à St-Cirq-Lapopie

Plus central tu meurs ! Ne cherchez pas d’autre hôtel dans St-Cirq-Lapopie il n’y en a pas… Et celui-ci compte 8 chambres, autant dire que ça n’est pas l’usine. Une bonne adresse à garder. La patronne est charmante et toujours prête à donner de bons conseils. Bref on y est bien et on y dort merveilleusement.


La suite du voyage