16 janvier 2015
Oxford
Depuis le décès de Jean-Jacques il n’était pas question de voyage ni même de vacances… Et pourtant j’en avais bien besoin. Je rêvais de me détendre mais aussi, pourquoi pas, découvrir de nouvelles contrées…
« Tu connais les Costwolds ? Bath, Oxford ? » Jean-Claude me propose de me joindre à lui pour un long week-end de découverte. Ça n’est pas exactement les mers chaudes et les palmiers mais l’idée me plait énormément. En route pour la perfide Albion !
Qui dit île dit bateau ! Rien de plus dépaysant qu’une traversée en ferry pour débuter un voyage…
Nous partons avec ma voiture « ronde » pour plus de liberté. Paris / St Malo sous un ciel bien gris ne laisse pas espérer un temps plus clément de l’autre côté de la Manche: on verra bien; c’est un peu plus long par nationale que par l’autoroute mais nous ne sommes pas pressés.
Une rapide balade au soleil couchant dans St Malo et nous embarquons à bord du Bretagne de Brittany Ferries. Embarquer une voiture sur un ferry est toujours impressionnant. Nous suivons le balais du personnel en gilets Orange, tout est réglé au cordeau ! Nous voilà garés en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.
Nous avons une vraie cabine « extérieure », avec un hublot, nous regardons s’éloigner les lumières de St Malo, un régal.
Le bateau est quasiment vide en ce jeudi soir. La mer est mauvaise, ça tangue un peu, c’est excitant ! Le vent froid nous pousse à rester à l’intérieur. Guinness au bar, des dizaines de petits fauteuils nous tendent leur cuir, il n’y a qu’à choisir, et fish and chips au restaurant – service à table, s’il vous plaît ! -, histoire de se mettre à l’heure anglaise. Nuit en mer jusqu’à Portsmouth dans notre confortable petite cabine.
Nous débarquons à Portsmouth à l’aube, sous un petit crachin. Nous nous sommes levés trop tard pour le petit déjeuner à bord, qui paraît-il est très bien, nous nous arrêterons donc en route pour un café… Si la conduite à gauche avec une voiture équipée d’un volant à droite, en Namibie, avait vraiment été problématique ici ça ne pose aucun soucis; trois minutes d’adaptation auront suffit… Il faut juste penser à bien regarder avant de doubler.
Nous filons sur Oxford, LA ville universitaire, rivale de Cambridge, que nous souhaitons visiter avant de rejoindre les Costwolds. Nous y arrivons vite (moins de deux heures) et entre temps le soleil nous à rejoint. Garés un peu à l’écart du centre historique, recherche de l’Office du tourisme, nous le trouvons face au Trinity College. Pas de carte du centre historique gratuite, nous débrouillerons avec nos guides…
Nous savons que nous ne pourrons sans doute pas tout voir mais nous prenons le temps de nous promener dans le centre où ne passe aucune voiture. Le soleil donne aux batiments gothiques des teintes ocres. Contrastes des pelouses vertes – Please Keep Off the Grass. Oxford est magnifique. Nous pensons bien sur à Harry Potter mais aussi à Young Sherlock Holmes et à Maurice… Nous sommes hors du temps, tous ces collèges en pierre blonde avec leurs dômes, leurs chapelles, leurs réfectoires forment un splendide ensemble (même si tous n’ont pas été batit à la même époque) et nous y croisons autant d’étudiants que de touristes, preuve que l’endroit n’est ni un décor de film ni le symbole d’un passé révolu. C’est calme, c’est beau.
Christ Chruch College : une immense cour, une cathédrale – la plus petite du pays – un vrai bijou gothique. Nous ne verrons pas le refectoire, fermé pour travaux. Nous rabattons sur la Boldeian Library. Cette fois il faut suivre les visites guidées pour voir les salles de la bibliothèque et les horaires ne coincident pas… Nous arpentons la ville le nez en l’air.
Même si le soleil est de la partie, il ne fait pas bien chaud; nous nous installons au Eagle & Child, pub typique s’il en est – succession de petits salons cosy où l’on s’installerait bien pour bouquiner-, pour une bon fish and chips (j’adore ça !) et une guiness. Nous regardons une impressionnante averse en finissant nos bières.
Nous reprenons la route : les Costwolds nous attendent… Nous en avions vu quelques photos et les petits villages médiveaux de ces vallées agricoles nous faisaient bien rêvés. J’avais choisi sur la carte les villages qui semblaient être incontournables. Mais ces bourgs ne sont pas si près les uns des autres et le soir – et la température – tombe vite en janvier… Nous nous limitons donc à Burford et Fairford, sur la route de Gloucester. A Burford, la rue principale bordée de boutiques, descend vers la rivière et nous mène à l’église. C’est joli, très propret, très touristiques. Sur les trotoires des paniers en osier, dans les vitrines des brosses et des vêtements en laine « so british ». L’église ressemble à un décor, sur chaque chaise est disposé un petit coussin rouge brodé d’un motif différent pour chacun, ici un poisson, là un ange, plus loin le S de Superman !
A Fairford nous ne voyons que l’église, comparable à celle de Burford, si ce n’est qu’elle est précédée d’un longue pelouse de laquelle surgissent des pierres tombales de guinguois. La luminosité diminuant l’ambiance est un peu étrange… L’air devient franchement frais, il est temps de rallier Gloucester.

Notre hotel que nous pensions en centre ville se trouve en fait bien à l’écart sur la colline d’un quartier résidentiel. Nous tournons un peu pour le trouver : tout devient un peu compliqué lorsque la nuit tombe, qu’on ne connait pas le coin et qu’il faut conduire à gauche… L’hotel est un peu désuet et mériterait nouvelle couche de peinture, nous y mangeons correctement et notre chambre est spacieuse. Epuisés mais ravi de cette première journée nous nous préparons à passer une bonne nuit.

Ahu Ahu Ahu ! Il est une heure du matin, la sirène hurle à plein poumon. Jean-Claude sur une chaise tente de voir comment éteindre ces hululements; je sors dans le couloir : la sirène y retenti aussi ! C’est une alerte incendie et pas un dérèglement de notre détecteur de fumée. Nous sortons avec les autres pensionnaires, dans le froid. Une heure et un camion de pompiers plus tard nous regagnons nos chambres. Un court-circuit dans la plus vieille partie de l’hotel où se tient le déclencheur de l’alarme nous aura volé une heure de sommeil et nous a fait frôler la pneumonie… Cet hôtel à décidément besoin de travaux !

Comment aller à Oxford ?

 

 

Avec Brittany Ferries au départ de St Malo.
Départs quasi quoitidien pour Porthsmouth, 10 heures de traversée; puis 2 heures de route jusqu’à Oxford.
C’est sans doute un peu plus long qu’en prenant le train ou l’avion mais traverser la manche en bateau ça a quand même plus cachet! Et le transport fait partie intégrante des vacances. 

// Pour en savoir plus – le site Brittany Ferries

Déjeuner à Oxford

eagle&child

 

Un fish & chips au Eagle & Child !
Plus anglais tu meurs… Ouvert en 1680, le Eagle & Child est une institution à Oxford et pourtant on n’y fait pas la queue pour déjeuner.
J. R. R. Tolkien et Lewis Caroll venaient, parait-il, y boire des coups, alors pourquoi pas nous ?


Infos pratiques

The Eagle and Child
49 St Giles, Oxford OX1 3LU, Royaume-Uni
Tél. : +44 1865 302925
//www.nicholsonspubs.co.uk

La suite du voyage

[no_blog_list type= »boxes » image_size= »landscape » show_thumbnail= »yes » number_of_columns= »3″ overlay_icon= »0″ order_by= »date » order= »ASC » post_info_font_weight= » » display_category= »0″ display_date= »0″ date_place= »by_title » display_author= »0″ number_of_posts= »3″ overlay_color= »rgba(0,0,0,0.4) » category= »Oxford » title_color= »#000000″]

Carnet d’adresses

Cliquez sur la carte pour en savoir plus