Challenge 50 ans / J – 19
Stephane-Gilles
Square Sorbier 2001
Quand je me mets en couple avec Jean-Jacques, je me range des voitures. Nous fréquentons de moins en moins les bars, organisons des dîners, je ne chante plus qu’en voiture… Nous menons une vie normée qui me ravit. Mais le chromosome du saltimbanque en moi n’est pas mort… C’est donc par procuration que je vais vivre ma vie de scène…
Le benjamin de la bande de Villars, Stephane-Gilles, s’est fixé à Paris quelques temps auparavant pour tenter sa chance dans la comédie musicale. Il est grand, beau mec, la mâchoire carrée, les épaules larges, chante, danse, joue du piano… La chance lui sourit vite. De Bobino à l’Opera Royal de Liège, de la Fièvre des Années 80 à Titanic il enchaîne les – beaux – rôles. Je le suis avec délice dans ses pérégrinations.
En 2001 une nouvelle émission apparaît sur nos écrans de télévision : Star Académie. Marie-Laure souhaite y participer, Stéphane-Gilles itou. Nous improvisons une séance photo dans le square en bas de chez moi pour compléter leur dossier de candidature. C’est à cette occasion que Jean-Jacques prend cette photo de nous deux. Marie-Laure n’est pas retenue. Stephane-Gilles, si. Dans cette première édition, la production réalise de cours portraits des candidats diffusés chaque jour avant le journal du soir. Les téléspectateurs doivent alors voter pour sélectionner ceux qui auront la chance d’entrer au « château ». Dans celui dédié à mon ami, on me voit dans différentes scènettes à ses côtés… Cette fois c’est sûr, même si je ne suis pas le héro, on ne pourra pas rater mon passage télévisuel ! En fin de compte Stephane-Gilles n’aura pas la faveur des votant et pour cause, son film de propagande devait être diffusé le… 11 septembre 2001 ! Il ne le sera pas. Le quart d’heure de gloire prédit par Andy Warhol n’est pas encore pour aujourd’hui…