Stigmates, révolution, fascination...
Grèce

Vu par… Alphonse de Lamartine

6 septembre 1832, 9 heures du matin.

Nous étions devant Bayruth, une de villes les plus peuplées de la côte de Syrie, anciennement Beryte, devenue colonie romaine sous Auguste qui lui donna le nom de Felix Julia. Cette épithète d’heureuse lui fut attribuée à cause de la fertilité de ses environs, de son incomparable climat et de la magnificence de sa situation. La ville occupe une gracieuse colline qui descend en pente douce vers la mer; quelques bras de terre ou de rochers s’avancent dans les flots, et portent des fortifications turques de l’effet le plus pittoresque; la rade est fermée par une langue de terre qui défend la mer des vents d’est; toute cette langue de terre, ainsi que les collines environnantes, sont couvertes de la plus riche végétation ; les mûriers à soie sont plantés partout et élevés d’étage en étage sur des terrasses artificielles, les caroubiers à la sombre verdure et au dôme majestueux, les figuiers, les platanes, les orangers, les grenadiers, et une quantité d’autres arbres ou arbustes étrangers à nos climats, étendent, sur toutes les parties du rivage voisines de la mer, le voile harmonieux de leurs divers feuillages ; plus loin, sur les premières pentes des montagnes, les forêts d’oliviers touchent le paysage de leur verdure grise et cendrée ; à une lieue environ de la ville, les hautes montagnes des chaînes du Liban commencent à se dresser ; elles y ouvrent leurs gorges profondes où l’oeil se perd dans les ténèbres du lointain ; elles y versent leurs larges torrents devenus des fleuves; elles y prennent des directions diverses, les unes du côté de Tyr et de Sidon, les autres vers Tripoli et Latakie, et leurs sommets inégaux , perdus dans les nuages ou blanchis par la répercussion du soleil, ressemblent à nos Alpes couvertes de neiges éternelles.

Le quai de Bayruth, que la vague lave sans cesse et couvre quelquefois d’écume, était peuplé d’une foule d’Arabes, dans toute la splendeur de leurs costumes éclatants et de leurs armes. On y voyait un mouvement aussi actif que sur le quai de nos grandes villes maritimes ; plusieurs navires européens étaient mouillés près de nous dans la rade, et les chaloupes, chargées des marchandises de Damas et de Bagdad, allaient et venaient sans cesse de la rive aux vaisseaux ; les maisons de la ville s’élevaient confusément groupées, les toits des unes servant de terrasses aux autres ; ces maisons à toits plats, et quelques-unes à balustrades crénelées, ces fenêtres à ogives multipliées, ces grilles de bois peint qui les fermaient hermétiquement comme un voile de la jalousie orientale, ces têtes de palmiers qui semblaient germer dans la pierre, et qui se dressaient jusqu’au-dessus des toits comme pour porter un peu de verdure à l’oeil des femmes prisonnières dans les harems, tout cela captivait nos yeux et nous annonçait l’orient ; nous entendions le cri aigu des Arabes du désert qui se disputaient sur les quais, et les âpres et lugubres gémissements des chameaux qui poussent des cris de douleur quand on leur fait plier les genoux pour recevoir leurs charges. Occupés de ce spectacle si nouveau et si saisissant pour nos yeux, nous ne songions pas à descendre dans notre patrie nouvelle. Le pavillon de France flottait cependant au sommet d’un mât sur une des maisons les plus élevées de la ville et semblait nous inviter à aller nous reposer, sous son ombre, de notre longue et pénible navigation.

Voyage en Orient
Alphonse de Lamartine – 1832-1833

Beyrouth en décembre 2019

Samoëns

Samoëns. 1700 habitants à l’année, le double pendant les vacances scolaires. En 2001 je n’avais jamais entendu parler de cette bourgade de moyenne montagne perchée à 700 mètres d’altitude ; ça n’est pas bien haut pour une station de ski.

// Lire

Beyrouth – Fin en jaune

Beyrouth a sans doute encore beaucoup à nous offrir mais nous n’avons plus beaucoup de temps… Une petite matinée à consacrer à la découverte ensuite il faudra reprendre le chemin de l’aéroport et bientôt Paris dans le gris.

// Lire

C’est Beyrouth !

Tout a commencé comme ça. Ou plutôt non ! Tout a commencé dix jours plus tôt lorsque Jean-Claude m’a dit :

– Tu peux prendre ton vendredi et ton lundi ?

// Lire

Montreuil-sur-Mer

Si pour la plupart des gens le nom de cette petite ville du nord n’évoque absolument rien, pour moi elle résonne comme une promesse. La promesse d’une rencontre avec un monument.

// Lire

Villefranche-de-Conflent

Quatrième visite de la journée ! On aura optimisé le temps ! Un village médiéval classé parmi les Plus Beaux Villages de France : Castelnou, un site géologique grandiose : les orgues d’Ille-sur-Tet

// Lire

Saint-Michel-de-Cuxa

Vous connaissez The Cloisters ? Mais non ça n’est pas la nouvelle série Netflix mettant en scène un moine possédé perpétuant des meurtres au sein d’une communauté monastique ! C’est un musée !

// Lire

Les orgues d’Ille-sur-Tet

Si la ville d’Ille-sur-Têt est connue ça n’est sans doute pas dû à Prosper Mérimée et à sa nouvelle La Vénus d’Ille mais plus vraisemblablement grâce à ses orgues. Celles-ci ne produisent aucun son. Ne sont pas composées de tuyaux d’étain mais de roches sableuses et d’argile.

// Lire

Castelnou

En 1982, Charles Ceyrac, alors maire de Collonges-la-Rouge (Corrèze), décide de créer l’association des Plus Beaux Villages de France. Son but ? « Protéger et promouvoir le patrimoine remarquable de (ces) communes d’exception et leur offrir ainsi une alternative à la désertification rurale. »

// Lire

Cap de Creus

Il est encore un peu tôt pour dîner à Cadaqués mais peut-être déjà un peu tard pour rentrer dîner dans notre petit gîte de Vivès. Nous voulons profiter encore un peu de cette journée espagnole.

// Lire

Cadaqués

Quand on séjourne à Vivès, ou de manière plus générale en Roussillon, l’Espagne n’est pas loin, vraiment pas loin, on peut même dire toute proche.

// Lire

Gordes / Roussillon

Il y a des noms de lieux qui font rêver. On ne saurait pas toujours les situer sur une carte mais ce sont des noms qu’on a toujours entendus. Qui créent un imaginaire (parfois complètement faux d’ailleurs). Zanzibar, Pondichéry, Djakarta, Tombouctou, Valparaiso…

// Lire

L’Isle-sur-la-Sorgue

La piscine chez les copains aux Angles c’est vraiment chouette, surtout quand il fait plus de 30 degrés… et c’est souvent le cas dans la région l’été ! Mais quand, avec Jean-Claude, une envie de découverte nous prend, rien ne nous arrête !

// Lire

Le Palais idéal du facteur Cheval

Pourquoi ne pas prendre le temps ? « Perdre » du temps ? Quelle idée ! On ne perd jamais son temps à en prendre… Louis Ferdinand Cheval, facteur de son état, débutât, en avril 1879, à 43 ans, après avoir buté contre une étrange pierre, la construction d’un « palais », sorti de son imagination.

// Lire

Voyager chez soi

Dans les oreilles

Dans ma bibliothèque

Titre
Auteur

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Morbi mattis, magna ac fringilla maximus, enim sem eleifend neque, vitae hendrerit erat elit ut erat. Cras ac pharetra nisi. Quisque aliquam felis in nulla venenatis, quis mollis nulla feugiat. Cras a leo vel lorem tristique dapibus id a dui. Ut pellentesque, nibh eget feugiat efficitur, dui libero rutrum leo, ut ultrices mi leo ac velit. Vestibulum finibus nunc et lacus bibendum, vel laoreet arcu congue. Sed suscipit felis massa, iaculis lacinia orci interdum ut.

Curabitur efficitur erat nec enim dignissim maximus. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec est urna, elementum ut leo vel, convallis efficitur turpis. Vestibulum facilisis vitae odio eu consequat. Quisque non vehicula nisi. Phasellus egestas eu sapien id euismod. Donec euismod pretium bibendum. Duis id fringilla velit, at sollicitudin nisi. Nam cursus tortor eget lacus semper, eu interdum nisl commodo. Nullam eleifend dui sed turpis ullamcorper, quis finibus ligula vehicula. Nunc porttitor massa sed lectus aliquam, at aliquam leo varius. Nullam eget sagittis neque. Orci varius natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Praesent vitae bibendum erat. Aenean mi ipsum, congue vitae pellentesque id, tempus ut lectus. Phasellus mattis ultricies tempus.

Sur les écrans

Titre
Auteur

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Morbi mattis, magna ac fringilla maximus, enim sem eleifend neque, vitae hendrerit erat elit ut erat. Cras ac pharetra nisi. Quisque aliquam felis in nulla venenatis, quis mollis nulla feugiat. Cras a leo vel lorem tristique dapibus id a dui. Ut pellentesque, nibh eget feugiat efficitur, dui libero rutrum leo, ut ultrices mi leo ac velit. Vestibulum finibus nunc et lacus bibendum, vel laoreet arcu congue. Sed suscipit felis massa, iaculis lacinia orci interdum ut.

Curabitur efficitur erat nec enim dignissim maximus. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec est urna, elementum ut leo vel, convallis efficitur turpis. Vestibulum facilisis vitae odio eu consequat. Quisque non vehicula nisi. Phasellus egestas eu sapien id euismod. Donec euismod pretium bibendum. Duis id fringilla velit, at sollicitudin nisi. Nam cursus tortor eget lacus semper, eu interdum nisl commodo. Nullam eleifend dui sed turpis ullamcorper, quis finibus ligula vehicula. Nunc porttitor massa sed lectus aliquam, at aliquam leo varius. Nullam eget sagittis neque. Orci varius natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Praesent vitae bibendum erat. Aenean mi ipsum, congue vitae pellentesque id, tempus ut lectus. Phasellus mattis ultricies tempus.